Informations générales

Le doctorat est une expérience professionnelle de recherche sanctionnée après soutenance d’une thèse par le grade de docteur. L’essentiel de l’activité doctorale consiste en un travail de recherche novateur, supervisé par un directeur de thèse, au sein d’une unité de recherche rattachée à l’École Doctorale. Elle se conclut par la rédaction d’une thèse qui constitue la validation d’un travail scientifique ayant permis la construction et l’acquisition de savoirs. Cette expérience professionnelle est valorisable tant dans le service public d’enseignement supérieur et de recherche que dans l’ensemble du tissu socio-économique.

La préparation d’une thèse repose sur l’accord librement conclu entre le doctorant et le directeur de thèse (ou les codirecteurs, comme le prévoit l’arrêté du 7 août 2006). Le directeur de thèse (ou les codirecteurs) et le doctorant ont donc des droits et des devoirs respectifs d’un haut niveau d’exigence définis dans le cadre d’une charte.

Cette charte définit ces engagements réciproques en rappelant la déontologie inspirant les dispositions réglementaires en vigueur et les pratiques déjà expérimentées dans le respect de la diversité des disciplines et des établissements. Son but est la garantie d’une haute qualité scientifique.

Le doctorant, au moment de son inscription, signe avec le directeur de thèse (ou les codirecteurs), le directeur du laboratoire d’accueil et le directeur de l’école doctorale, une charte du doctorant.

Il  appartient donc au doctorant de prendre contact avec des professeurs ou des maîtres de conférences habilités à diriger des recherches pour la direction de la thèse (cf : "Équipes de recherche"). Merci de bien vouloir noter que cette démarche ne peut être effectuée par le bureau administratif de l'ED. 

De l’inscription en 1ère année de thèse de Doctorat à la soutenance
 

La thèse, étape d’un projet personnel et professionnel :

La préparation d’une thèse doit s’inscrire dans le cadre d’un projet personnel et professionnel clairement défini dans ses buts comme dans ses exigences. Elle implique la clarté des objectifs poursuivis et des moyens mis en œuvre pour les atteindre.

L’insertion professionnelle souhaitée par le doctorant doit être précisée le plus tôt possible afin de permettre que l’information sur les débouchés soit fournie aux futurs doctorants du laboratoire. Tout doctorant s’engage, une fois docteur à informer son directeur de thèse (ou ses codirecteurs), ainsi que le directeur de l’école doctorale, de son avenir professionnel pendant une période de quatre ans après l’obtention du doctorat.

L’objectif d’un directeur de thèse (ou des codirecteurs) et du directeur de l’école doctorale doit être d’obtenir un financement pour le plus grand nombre de doctorants sans activité professionnelle. Le futur directeur (ou codirecteurs) de thèse et le responsable de l’école doctorale informent le candidat des ressources éventuelles pour la préparation de sa thèse (contrat doctoral, bourse régionale, bourse industrielle, bourse associative…).

Les moyens à mettre en œuvre pour faciliter l’insertion professionnelle reposent aussi sur la clarté des engagements des parties contractantes. Le doctorant doit se conformer au règlement de l’école doctorale dans laquelle il est inscrit et notamment suivre les enseignements, conférences et séminaires proposés par l’école doctorale (90 h sur 3 ans).

Afin d’élargir son champ de compétence scientifique, des formations complémentaires lui seront suggérées par son directeur de thèse (ou ses codirecteurs), directeur de l’unité d’accueil ou directeur de l’école doctorale.

Ces formations, qui font l’objet d’une attestation délivrée par l’école doctorale, élargissent son horizon disciplinaire et facilitent sa future insertion professionnelle. Parallèlement, il incombe au doctorant, en s’appuyant sur l’école doctorale et l’Université, de se préoccuper de cette insertion en prenant contact avec d’éventuels futurs employeurs (laboratoires, universités, entreprises, en France ou à l’étranger). Cette stratégie pourra inclure la participation aux journées « Doctoriales ».

Sujet et faisabilité de la thèse :

L’inscription en thèse précise le sujet, le contexte de la thèse et l’unité d’accueil. 

La thèse est l’aboutissement d’un travail de recherche à la fois original et formateur, dont la faisabilité s’inscrit dans le délai prévu. Le choix du sujet de thèse s’inscrit dans les axes de recherches du laboratoire et de la politique scientifique de l’école doctorale. Le directeur de thèse ou les codirecteurs, sollicités en raison d’une maîtrise reconnue du champ de recherche concerné, doivent aider le doctorant à dégager le caractère novateur dans le contexte scientifique et s’assurer de son actualité : ils doivent également s’assurer que le doctorant fait preuve d’autonomie et d’esprit d’innovation.

Encadrement et suivi de la thèse :

Le futur doctorant doit être informé du nombre de thèses en cours qui sont dirigées par le directeur de thèse pressenti. En effet, un directeur de thèse (ou codirecteur) ne peut encadrer efficacement, en parallèle, qu’un nombre limité de doctorants. Ce chiffre a été fixé à 10, par le Conseil de l’école doctorale et le Conseil Scientifique de l’Université, pour l’école doctorale. S’il veut pouvoir suivre leur travail avec toute l’attention nécessaire, le doctorant a droit à un encadrement personnel de la part de son directeur de thèse ou ses codirecteurs qui s’engagent à lui consacrer une part significative de leur temps.

Le doctorant s’engage à remettre à son directeur de thèse (ou aux codirecteurs) autant de notes d’étape qu’en requiert son sujet.

Le directeur de thèse ou les codirecteurs s’engagent à suivre régulièrement la progression du travail et à débattre des orientations nouvelles qu’il pourrait prendre au vu des résultats déjà acquis.